image infinity

La Psychosyntérèse

En 1968, les Drs Robert F. et Elisabeth Klein, Edle von Wenin-Paburg, donnaient à leurs recherches en psychologie des profondeurs et en neurosciences une première forme codifiée sous le nom de «psychothérapie non verbale». En 1972, élargissant, approfondissant le concept du Soi jungien, la deuxième école kleinienne (pour la distinguer de la première réunie autour d'une disciple dissidente de Freud, Mélanie Klein) proposa le terme de «psychosyntérèse» au mouvement porteur qui devint la Société internationale de psychothérapie non verbale et de psychosyntérèse. La Psychosyntérèse ou psychologie des profondeurs (robert-et-elisabeth-kleinienne) a renouvelé l'étude du rêve. De nombreuses publications en témoignent, dont le Cursus de psychosyntérèse en 18 volumes (1981-1985) dont 4 volumes sont spécifiquement consacrés au rêve: «Le Sommeil et le Rêve I, II» (1982) et «L'interprétation des rêves I, II» (1985) ainsi que de nombreuses publications qui sont aujourd'hui rééditées aux Éditions Bischoff (www.bischoff.ovh)